Qui suis-je ?

La toute première chose que j’ai envie de vous partager, c’est qu’il n’est jamais trop tard !
J’exerce le métier de coach depuis octobre 2017 un métier passion et voilà comment tout a commencé !

Au commencement

Je suis née de 2 univers très différents grâce auxquels j’ai vu et compris très tôt qu’il n’y avait pas “une meilleure classe sociale, une unique façon de voir ou de faire” mais des valeurs nécessaires à l’épanouissement. Celles des miens étaient entre autres Famille, Chaleur, Solidarité, Respect. J’avais tout pour me construire parfaitement. J’étais en joie ! Seulement voilà…

J’avais 12 ans lorsque l’entreprise familiale fait faillite. J’avais 13 ans lorsque le nouveau travail de mon père nous éloigne de là où j’adorais grandir.

Je n’avais pas encore 16 ans lorsque notre maison, en construction, s’écroule et fait écrouler celle des voisins. Mes parents, tout juste remis de la faillite familiale, devaient maintenant payer pour tous ces dommages.

Dans le même temps, je subis une agression et j’apprends que mon papa est condamné ; il ne lui reste que 18 mois à vivre. Il meurt. Ma 1ère histoire d’amour meurt aussi. Je vous l’accorde c’est courant un chagrin d’amour mais sincèrement, à ce moment-là, dans tout ce brouhaha, ça tombait vraiment mal.

Désalignement

A partir de là, mes sentiments de sécurité se sont transformés en sentiments de peur.

Je craignais constamment que la mort m’arrache à nouveau un être cher et j’ai développé une angoisse incommensurable de manquer d’argent. Je me suis enfermée dans des croyances très bloquantes. Par exemple… Pour moi si le bonheur était là, une catastrophe allait systématiquement venir m’en priver.


Très vite la nourriture est devenue mon sauveur, mon doudou.

Manger mes émotions, c’était top ! C’était bon, ça me remplissait, ça me réconfortait ! Sans le savoir, j’achetais un peu de paix et de sérénité. Et puis, je suis tombée dans le cercle infernal des régimes. Mon corps n’était pas gros mais je le voyais gros. Il était devenu ma bataille. Je le croyais fautif de mon mal être ; Or, cette obsession camouflait juste mes vraies souffrances. Pendant ce temps, je ne travaillais malheureusement pas sur l’essentiel : les événements que je ne n’avais pas digérés.

Parallèlement, la peur de faire un mauvais choix et le risque de manquer d’argent me poursuivaient.

Dans un 1er temps, je me dirigeais toujours vers mes aspirations mais, au final, je n’allais jamais au bout du rêve. Je n’osais pas. C’est ainsi qu’après avoir vécu 4 ans à Londres puis à Rome et obtenu les diplômes dont je rêvais pour accéder à mes idéaux professionnels, j’ai finalement opté pour la sécurité et me suis retrouvée responsable administrative trilingue dans l’industrie.

Sans en avoir conscience, je ne choisissais pas ; j’étais emprisonnée dans le raisonnement. Mon chef d’orchestre était mon mental à lui seul. Mes choix n’étaient pas les vrais ; ils étaient juste ceux de la peur et de la sécurité. En conséquence, je n’étais jamais satisfaite, ni à la bonne place. Comme on dit dans le jargon, je n’étais pas alignée à ma personne.

Je ne savais pas que l’harmonie d’être soi passait par 3 dimensions : La tête (le mental), le cœur (les émotions) et le corps (les ressentis).

Ré-alignement

Cette harmonie, je l’ai tout d’abord vérifiée grâce à la maternité.

De ce rôle que j’ai toujours voulu plus que tout au monde, j’ai retrouvé le sens de ma vie, mon sens. J’ai élevé mes enfants avec mes tripes ; Je donnais à nouveau de l’importance à mes ressentis. Comme tous les parents, j’ai certainement été maladroite mais les voir si bien grandir m’a vite confortée dans l’idée que j’avais aussi raison d’écouter mes intuitions, d’être moi. Cet amour si puissant m’a finalement permis de réactiver un peu de confiance en moi.

 

En plus de raisonner, je me suis mise à suivre mon instinct et mon cœur.

Alors bien-sûr, lorsque l’on écoute ses besoins, ses motivations profondes, la vie peut parfois prendre une tournure différente. Je me suis séparée du papa de mes enfants. A l’époque, si je regardais sincèrement notre relation en face, je voyais bien qu’à deux, on ne s’épanouissait plus. J’ai alors, malgré toutes les difficultés que ça engendre, choisi de vivre seule, avec mes enfants.

L’univers n’aimant pas le vide, une place à mes côtés était donc libre et, des années plus tard, l’amour a donc pu sonner à ma porte ; L’amour tel que je l’avais toujours rêvé ! Bien-sûr, aucune situation n’étant parfaite, cette fois, une importante différence d’âge se glissait entre nous mais… peu importe, il y avait une telle fluidité que nous nous sommes autorisés ce bonheur. Notre amour semblait être évidence ; il est toujours évidence à ce jour.

Comment ne pas vouloir poursuivre sur la voie de l’instinct, du cœur ?

Accomplissement

De cette joie nouvelle me sont poussées des ailes et j’ai eu envie cette fois d’opérer des changements d’ordre professionnel.

Les valeurs associées à mon poste de responsable administrative trilingue dans l’industrie ne me correspondaient pas ; j’étais arrivée au bout du bout de ce travail. J’avais d’ailleurs réalisé un bilan de compétences avec une psychologue, à priori très avant-gardiste puisqu’il en était ressorti que j’étais faite pour l’humain et que j’avais les qualités pour devenir un excellent coach.

Seulement… être coach en 2010, à part pour les coach sportifs… Ca ne voulait pas dire grand-chose… Changer de métier était donc, dans un 1er temps compromis, jusqu’au jour où, à force de guetter l’opportunité, je l’ai vue et je me suis lancée.

Pour la 1ère fois, j’osais prendre le risque de me tromper et de manquer.

Je suis sortie de ma zone de confort puissance 100 000 et j’ai eu raison, j’ai réussi.

Je suis devenue Coach intuitive certifiée de l’union formation puis spécialisée neuro-comportementaliste en nutrition®

 agréée Méthode Meer®. A ce jour, je suis aussi superviseur de coach.

Dans le même temps, histoire d’aller au bout de nos volontés, et avant de lancer ma nouvelle activité, nous avons aussi mené à bien un projet familial qui nous était très cher : déménager et tout recommencer dans notre région d’origine.

Ces 4 gros changements opérés, j’ai enfin trouvé ma place. Je suis satisfaite. Je me sens alignée avec moi-même. Je suis fière, j’ai osé changer le cours des choses.

Mes 3 corps, physique, émotionnel et mental, sont comblés. Comment ne pas être heureuse ?
perte de poids
Coach Méthode Meer Lille, découvrez mon histoire Caroline Sacco.

Que tirer de tout ça ?

En somme, ce qui m’a tiré vers le bonheur, c’est ma curiosité, mon appétit de retrouver la joie.

J’ai souffert, comme beaucoup, mais je n’ai jamais fait “comme si”. J’ai toujours vu ma réalité. Je n’ai pas voulu me raconter les histoires qui m’arrangeaient.

Il était bien plus important à mes yeux de comprendre, réparer, améliorer dans le but de m’éveiller et m’autoriser à nouveau bien-être et sérénité.

Je me suis intéressée très tôt au développement personnel. J’ai lu énormément. J’ai assisté à des conférences. J’ai fait une très longue thérapie. J’ai adoré. Ces échanges d’introspection me passionnaient, cependant il manquait encore quelque chose.

Ce quelque chose je l’ai trouvé au fur et à mesure de mon alignement et finalement, j’ai compris combien sans l’audace du passage à l’action, je n’aurais pas pu m’aligner.

Sans changement, rien ne change ! Agir fait vraiment toute la différence !

J’avais observé ce phénomène au fur et à mesure que ma vie se transformait.

Mes formations de coaching et de neurosciences sont, bien évidemment, venues appuyer ce constat et m’ont de plus apporté la cerise sur le gâteau : tous les outils essentiels pour vous guider et vous permettre de retrouver définitivement le juste poids et la joie.

Et d’ailleurs… Aujourd’hui, je ne mange plus mes émotions et, même si mon corps n’est pas parfait, il n’est plus mon ennemi. Il est mon ami. Grâce à lui, je vis ! je bouge !

Gratitude

Aujourd’hui je sais que ma plus profonde ambition était, et est toujours, d’être heureuse… Tout simplement. Et je suis heureuse. J’aime la vie, j’aime MA vie. J’ai dompté mes souffrances d’antan ; Aujourd’hui, elles font de moi ce que je suis.

Je remercie ceux qui m’ont offert une enfance de rêve et qui, après les effondrements, étaient là pour me soutenir. Ils sont la source d’une force qui :

  • dans un 1er temps, m’a construite et qui,
  • dans un 2ème temps, m’a motivée à ne jamais abandonner, à toujours croire en mes idéaux et à tout faire pour les obtenir !
 

Je remercie aussi mes enfants, mon amoureux ! Ils n’ont jamais cessé de croire en moi ! Ils sont amour, encouragements et inspirations !

Croire à son rêve donne la force d’agir,

Agir amène le changement,

Ajouter à ça un peu de bon sens, beaucoup de patience,

Et la magie opère toujours !

Atteignez votre objectif

Passez à l'action !

Retrouvez ici mes articles de blog